Une vie sans lundi #7 – Mes cinq (nouvelles) règles d’organisation

Mes 5 (nouvelles) règles d'organisation | Je me casse

La semaine dernière j’étais busy busy! Ma To do List grossissait et grossissait, et je ne voyais pas le bout du tunnel. Le pire a été quand j’ai eu 6000 mots de retard sur Nanowrimo alors que c’était LA chose à laquelle je souhaitais consacrer du temps.

Vous vous rappelez cet article où avant mon départ j’étais en panique de peur de n’avoir rien à faire? Aujourd’hui, je peux dire que c’est réussi. Je n’ai pas une seconde pour m’ennuyer!

Jeudi, après avoir écrit près de quatre heures – et choppé une mini-tendinite au poignet gauche en passant – j’ai décidé que ça ne pouvait pas durer.

Non seulement il me faut gérer mon temps différemment pour accomplir toutes ces choses que je voulais faire, mais j’ai aussi besoin de temps libre. Pour créer, il est important de prendre un peu de recul, se libérer l’esprit, marcher. Il en est de même pour se projeter vers l’avenir. On a besoin d’espace!

J’en suis venue à complètement repenser la façon dont je m’organise.

 

1. A bas la To Do List

J’avais commencé une To-Do list, grâce à laquelle je planifiais mes activités à l’avance. Elle est devenue ingérable. Je repoussais sans arrêt, et me retrouvais avec dix-mille choses à faire en une seule journée.

J’ai dit stop! J’ai décidé d’employer une nouvelle méthode inspirée des « Most Important Tasks » de Leo Babauta. Plutôt que de me créer une liste interminable, chaque soir, je fais une liste de trois ou quatre choses que je veux absolument terminer le lendemain. Comment je décide de ces choses? C’est simple – Je me demande:

Si je ne le fais pas demain, est-ce que je vais le regretter le jour d’après?

Par exemple, ma liste pour aujourd’hui ressemble à ça:

  • 3000 mots (pour Nanowrimo)
  • Une vie sans lundi
  • Traduction (2 articles)

Et c’est tout.

C’est une liste plus gérable, qui ne me fait pas peur. Je fais aussi des choses qui ne figurent pas sur la liste, mais elle me permet de me focaliser sur ce qui est important.

 

2. S’écouter

Il y a des choses que je fais mieux le matin, d’autres mieux le soir.

Par exemple, j’écris mieux le matin, et en fin d’après midi. J’ai beaucoup plus d’idées, et les mots sont plus fluides. Entre 14 heures et 16 heures, ce n’est même pas la peine. À tous les coups je finirai sur Facebook. Donc j’écris ‘Une vie sans lundi’ ce matin, et je ferai mes 3000 mots en fin d’après-midi. Entre temps, je peux avancer sur mes traductions qui, bien qu’elles soient de l’écriture, nécessitent moins d’imagination.

 

3. Ne faire qu’une chose à la fois

“Do three things well, not ten things badly.” – David Segrove

Si vous ouvrez mon ordi, vous verrez que j’ai en général vingt-cing onglets ouverts à la fois! Je le fais parce que je suis une hyperactive d’internet. Je vois des liens, je les ouvre, en me disant que je lirai plus tard. Je ne les ferme pas, parce que j’ai peur de ne pas les retrouver. De temps en temps, je vais dessus, j’ouvre d’autres liens. Conséquence: je suis très distraite.

Pour y remédier, j’ai commencé à utiliser Instapaper. Instapaper est un outil qui permet de sauvegarder des articles ou des pages web pour pouvoir les lire plus tard. En plus, il ouvre les articles sur une interface minimaliste, sans distraction.

 

4. Se donner des plages horaires réalistes

En rapport avec le point 2, je me donne un certain temps pour finir les éléments sur ma liste. Par exemple, je me donne environ deux heures et demi pour écrire 3000 mots (avec une pause tous les 1000 mots). Si je n’ai pas fini, je passe à autre chose. Car sinon je peux passer la journée dessus!

 

5. Penser en termes de priorités

“The most important thing in life is knowing the most important things in life.” – David F. Jakielo

La semaine dernière, j’étais en retard sur mon roman, parce que je me suis noyée dans plein de petites autres tâches. Etre en retard me frustrait, et m’empêchait d’être 100% efficace sur le reste.

Au final, la priorité de ce mois-ci, période de Nano, c’est le roman. Ensuite, écrire et rester connectée avec le blog est vital dans mon projet. Et bien sûr, je dois répondre à mes demandes free-lance en temps et en heure.

Quand le roman est sous contrôle, tout roule. Je n’ai pas l’impression de sacrifier mon temps d’écriture en faisant autre chose. Je planifie mieux par rapport au blog par exemple, et je bosse sur mes missions plus sereinement, car je sais que j’aurai aménagé le temps pour, sans sacrifier ce qui est important pour mon développement personnel. Pour finir, ça me laisse le temps de réfléchir à l’avenir.

 

Le plus important est de se donner des objectifs réalistes, au jour le jour. Vous saurez que c’est faisable, et la satisfaction d’avoir terminé les tâches de la journée aidera à avancer.

PS: Ça marche pour le boulot également. Il y a sûrement des choses qui, si vous ne les faites pas dans la journée, vont vous apporter du stress le lendemain. Bloquez du temps, et faites-les en premier!

 

Et vous? Quelles sont vos priorités? Que faites-vous pour profiter à fond de vos journées?

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à l’aimer, le partager, le tweeter, l’épingler. Il pourrait être utile à l’un de vos amis!

Episode précédent – 12 conseils pour rester créatif

Crédit photo: Rory Finneren via photopin cc

F
0 Partages

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.