une vie sans lundi #34 – Responsabilité financière

Responsabilité financière 'Je me casse'

J’étais partie pour vous parler d’un tout autre sujet, mais après un coup de fil avec ma banque, celui-là c’est imposé.

 

L’argent et moi, on se découvre.

Je lui ai souvent donné une connotation négative: on ne nous en donne pas assez, on se le fait prendre par l’Etat, ou les banques, tout coûte cher, etc…

Pourtant, je découvre des personnes, sur internet ou dans la vraie vie, qui ont une relation tout à fait saine avec l’argent. Pour elles, l’argent est source de liberté.

Elles sont arrivées à un tel état de santé financière (sans être nées rentières) que même en arrêtant de travailler, elles continueraient à recevoir un revenu passif (issu d’investissements, par exemple). C’est ce qu’on appelle communément la ‘liberté financière’.

Je me dis ‘moi aussi je veux ça’. Mais tous préconisent une première action importante:

Arrêter de faire l’autruche avec l’argent, et faire face à ses responsabilités!

 

Il serait facile pour moi de dire ‘je ne peux pas!’ – eh oui, je suis en pleine transition, j’attends de me stabiliser financièrement, c’est normal que je n’arrive pas à gérer.

Mais c’est une fausse excuse. JE me suis mise dans cette situation et JE dois l’assumer.

 

Je ne vais pas nier que j’ai beaucoup beaucoup de chance. J’ai des proches qui sont là pour moi et me soutiennent dans ma vie de tous les jours. Mais les dettes que j’ai engrangées dans ma vie d’avant (et même dans celle de maintenant) sont bel et bien ma responsabilité.

Mais comment être – ou essayer d’être – responsable financièrement quand on a un revenu quelque peu irrégulier?

 

Etape 1 – Payer ses dettes

 

Important:  il est toujours possible de négocier des paiements avec son banquier. Il a toujours une marge de manœuvre.

Depuis quelques mois, j’essaie d’appeler moi-même la banque quand les choses ne vont pas trop bien – quand je suis dans le rouge, ou que je sais que je vais manquer un paiement.

Ainsi, je suis de nouveau en charge de la situation.

Parfois – comme aujourd’hui –  cela se passe très bien, les banquiers sont compréhensifs et on arrange un délai de paiement. D’autres fois, cela se passe moins bien, auquel cas il faut insister, insister, insister en disant ‘je VEUX payer’ mais je ne peux pas maintenant. Et on finit quand même par obtenir un délai.

A d’autres moments, je n’ai pas envie de regarder ces factures en face, et je me dis qu’en priant très fort quelqu’un va s’en occuper à ma place.

Mais finalement la paranoia qu’on vienne frapper à ma porte ou qu’on me mette en prison (ok, très peu probable pour quelques pauvres centaines d’euros) me force à prendre le téléphone et à avoir ces conversations.

 

 

Important: Les dettes aux proches sont aussi des dettes!

Il est important de ne pas prendre pour acquis le soutien qu’on a pu recevoir par ailleurs (de nos proches etc.) et d’essayer d’anticiper comment on va les rembourser lorsqu’on sera mieux installé dans notre vie.

Je n’ai pas été très bonne à ça, je dois dire. Mais je veux changer. Même si j’ai beaucoup de gratitude et que je ne suis pas du genre gratte-sou, j’ai une marge d’amélioration pour ce qu’il s’agit d’être claire sur comment je vais rembourser – ou soutenir en retour – mes proches.

C’est mon coté « autruche » qui revient. Je me dis « évidemment que je te couvrirai de cadeaux une fois que je serai plus à l’aise! » – mais ce n’est pas concret. Il faut intégrer le concret.

 

Etape 1bis – ne pas s’endetter

 

J’en parlais déjà dans cet article – ‘Je suis un mauvais exemple‘.

Les dettes, c’est le mal! Elles procurent un plaisir bref pour des mois de souffrance. Ce n’est pas facile d’y résister. j’ai été tentée de nombreuses fois cette année. Mais quand on ne sait pas trop de quoi l’avenir sera fait, c’est le meilleur moyen de se planter.

La dette à une banque devrait être un dernier recours. Le ‘love money’ – emprunts aux amis, à la famille, ou même crowdfunding en est une alternative. Voir plus haut pour s’assurer de bien rembourser ses proches 🙂

 

 

Etape 2 – Réfléchir très tôt à comment on va vivre au jour le jour

 

Se dire que l’argent n’est pas un problème au moment de se casser et qu’on y réfléchira ensuite n’est pas une très bonne stratégie. L’argent ne devrait pas être un sujet que l’on cache sous le tapis. Il est important d’en tenir compte.

Il est normal, au moment où l’on se casse ou lorsqu’on crée une entreprise, d’être un peu instable financièrement. C’est aussi normal que l’on gagne moins, voire beaucoup moins qu’avant. Personnellement, en partant je n’ai pas forcément bien anticipé combien je gagnerais contre combien je dépenserais.

Mais il est important d’avoir au minimum une idée de comment on va vivre au jour le jour. Cela peut être en donnant comme moi des cours à coté, ou en travaillant en free-lance, ou encore à mi-temps.

C’est une problématique que l’on ne peut pas ignorer le temps que les choses décollent.

 

 

Etape 3 – Commencer à penser long terme…

 

Et prendre dès que possible les bonnes habitudes qui créent une vie financière saine.

Par exemple, j’essaie d’avoir un rapport positif avec l’argent et de dire le moins possible que je suis fauchée. Disons que je suis en transition financière.

De même, quand je fais mes achats, j’achète moins, de meilleure qualité si possible, plutôt que diverses choses de moins bonne qualité – j’en parle dans cet article: Minimalisme financier. J’apprécie aussi beaucoup plus ce que j’achète.

Quand je raccroche au téléphone avec la banque, je ne me dis pas (ou plus) ‘Oh mon Dieu, qu’est-ce que je vais faire’ mais plutôt ‘comment m’y prendre pour rembourser à la date promise?’

 

Aussi, je commence dès maintenant à penser à ma liberté financière, et au jour où, que je travaille ou pas, je recevrai la même quantité d’argent sur mon compte en banque. Je m’instruis en lisant des livres, ou en parcourant des sites internet. Ainsi, quand je serai plus à l’aise financièrement, je saurai quoi faire de cet argent!

 

Je ne suis pas experte en finances personnelles, mais c’est un point sur lequel j’ai vraiment envie de m’améliorer.

C’est quand on en a moins qu’on réalise à quel point bien gérer son argent est important.

 

Et vous, avez-vous des astuces pour une relation plus saine avec l’argent?

 

 

F
0 Partages

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.