Partir pour tout recommencer au Mexique

Partir au Mexique | Je me casse

Retrouvez ici le récit de Nicolas, qui a quitté la France pour tout recommencer au Mexique, avec sa femme Reyna. Il nous raconte les péripéties qui l’ont amenées à adopter ce pays:

 

Mon premier contact avec le Mexique (et avec la vie à l’étranger) remonte à 2004 lorsque j’étais étudiant en troisième année d’école d’ingénieur.

Je suis parti faire mon Projet de Fin d’Études au Mexique dans une TPE mexicaine appartenant à un français, ancien élève de mon école d’ingénieur.

 

Les cinq mois qu’a duré mon stage m’ont transformé, puisque je n’avais jamais été aussi actif durant ma vie d’étudiant.

Mener de front la gestion de mon projet, apprendre l’espagnol (dont je ne maîtrisais que les bases à mon arrivée), développer un réseau d’amis (nous sommes toujours en contact 10 ans après) et découvrir une autre culture, voyager en solo dans un pays aussi vaste: cela vous pousse à vous surpasser.

 

Bilan du premier voyage: il m’en faut plus

 

De retour du Mexique en Juillet 2004, j’entre à Saint-Çyr comme OST (Officier sur Titre) fin Août. J’étais d’ailleurs camarade de promo de Jérôme qui a déjà témoigné ici sur JMC (Note de Lyv: Pas fait exprès!).

Mais bien vite je constate que l’aventure à l’étranger m’a complètement transformé (moi et mes aspirations) et m’a motivé à repartir au plus vite et prendre les rennes de mon avenir.

La découverte de l’autonomie totale et des opportunités existantes dans un monde aussi vaste m’a poussé à quitter l’armée pour repartir seul le plus vite possible.

 

Une fois mon année de formation militaire terminée et mon diplôme obtenu, j’obtiens ma démission et je pars pour l’Australie afin d’améliorer mon anglais et préparer mon projet: celui de retourner au Mexique faire un VIE pour une entreprise Française.

Je reste 4 mois à Sydney à travailler comme serveur dans un restaurant chic, je surfe lorsque je ne travaille pas et je fais la connaissance d’un groupe de Brésiliens – que je retrouverai plus tard…

 

Au bout de 4 mois j’obtiens un entretien en France pour un job à Tijuana, mon profil colle parfaitement et je rentre pour « gagner » cet entretien.

Une semaine après, j’ai un retour du sous-directeur: « trop motivé » me dit-il.

 

Les bras m’en tombent. Être rentré du paradis pour me prendre la mélancolique rengaine française en pleine tronche, c’est dur, trop dur.

Au bout de deux mois à chercher de chez moi en France je décroche finalement un autre entretien couronné de succès cette fois, pour partir en V.I.E à Reynosa, ville mexicaine de « maquiladoras » faisant face à Mc Allen aux USA.

 

Nicolas 3À l’époque, la situation dans la ville est considérée comme tendue par les mexicains.

En fait, ça craint pas mal.

Au cours de l’année, un employé mexicain de l’entreprise est égorgé, un chanteur exécuté à la sortie de son concert au fusil d’assaut et au final une situation tendue avec l’ex de ma copine mexicaine (rencontrée lors de ce voyage) m’oblige à être évacué par l’ambassade de France après 10 mois passés à Reynosa.

 

Comme toujours, les situations « chaudes » sont toujours les plus formatrices et celles qui nous mènent à prendre des décisions radicales.

 

Ma copine d’alors (qui est ma femme aujourd’hui) me rejoint en France pour 15 jours le mois suivant.

J’avais passé mon année (qui n’aura durée que 10 mois) de VIE à organiser un voyage de 5 mois (qui durera 8 finalement) en Amérique Latine.

Tout était prévu, sauf de tomber amoureux dans cette ville. Avec regrets ma copine se résigne et on décide de garder contact, c’est l’épreuve ultime pour nous, ça passe ou ça casse.

 

Voyage de 8 mois en Amérique Latine

 

Mon voyage, commencé au Costa-Rica en Août 2007, m’emmène au Nicaragua, Pérou, Bolivie et Brésil.

En Avril 2008, fatigué de voyager et toujours en contact avec ma copine mexicaine, je décide de rentrer en France et prends la décision de la faire venir avec moi pour que nous vivions ensemble.

 

Le plan est simple, trouver un super job d’ingénieur pour moi et elle étant médecin, faire valider son expérience pour travailler en France.

2008, comme vous le savez certainement, fut une année vraiment nulle pour l’emploi.

Je prends alors une claque de 9 mois à travailler comme manutentionnaire en intérim en attendant de pouvoir finalement décrocher un travail d’ingénieur dans un service d’industrialisation d’une boîte d’aéronautique à Figeac, Midi-Pyrénées.

 

4 ans en France avant de repartir

 

Au cours de ces quatre années, nous avons déménagé pour habiter dans les villes où je trouvais du travail comme ingénieur. Après 9 mois en intérim à Bordeaux, puis 2 ans à Figeac, nous avons vécu un an et demi à Toulouse.

Tout cela ne facilite pas les choses pour ma femme qui après un an d’études en DEFLE à Bordeaux, n’a pu travailler que 6 mois comme aide soignante à Figeac (alors qu’elle est médecin).

Alors la France la mine et elle parle de suicide.

La décision se prend donc rapidement encore une fois. On décide de retourner au Mexique, elle va travailler comme médecin et moi je monterai ma boîte afin que nous soyons libres de choisir la ville qui nous convient le mieux, une ville avec plage.

Comme toujours, lorsqu’il n’y a plus d’options, le choix est simple.

 

Départ définitif pour le Mexique

 

À l’été 2012, on s’installe donc à Puerto Vallarta, sur la côte pacifique mexicaine.

Nous avons vendu tous nos biens et nous avons un budget de 7000 euros à peu près pour les billets d’avion et la voiture et les premiers mois.

Ma femme a pris le relais financièrement en travaillant comme médecin afin que je puisse avoir le temps de monter mon entreprise.

 

Nicolas - Mexique | Je me casseLa ville est de taille moyenne, très touristique et avec une côte de rêve. Ma femme voulait l’océan et moidu surf, chose impossible pour nous en France.

Après ces deux années d’installation au Mexique, nous vivons maintenant dans une super résidence (impossible là encore pour nous en France).

Nous avons eu un petit garçon qui fête ses 13 mois et je travaille à temps plein sur ma boîte: Vivalatina est une bijouterie en ligne qui tourne correctement sans rien de miraculeux.

Cette boîte étant ma première expérience entrepreunariale, elle me permet de faire mes armes afin d’acquérir de l’expérience.

 

Cela fait maintenant 26 mois que je suis au Mexique à travailler à mon compte. Nous y sommes bien installés et heureux, tous les deux travaillant à développer nos projets professionnels.

Ce premier billet constituant ma première contribution à mon intervention mensuelle sur le blog de Lyv, je compte aborder par la suite le thème du voyage en Amérique Latine et de l’entrepreneuriat.

Je tiens à remercier Lyv pour son initiative qui me paraît à la fois sympa et très utile pour apprendre des expériences des autres. À bientôt!

 

Merci Nicolas pour ce super article! Des questions pour Nicolas, sur le Mexique, ses voyages ou la création de son entreprise? N’hésitez pas à les poser dans les commentaires. 

Nicolas est le créateur de la boutique de bijoux en ligne Vivalatina.

 

F
[social_warfare]

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.