Une vie sans lundi #63 – Qu’est-ce qu’une vie sans lundi?

Qu'est-ce qu'une vie sans lundi | Je me casse

Aujourd’hui marque le jour où je reprends ma to do list, après le semi-pétage de plombs d’il y a près de deux semaines 🙂

Conclusion de l’expérience: tout ce qui devait être fait a été fait! Ainsi, pas de stress sans la to do.

De plus, j’ai pu faire un nettoyage phénoménal dans mes tâches, en me rendant compte que 75% d’entre elles étaient des choses que je pensais devoir faire, plutôt que des choses que j’avais envie de faire. To do list réduite de moitié (25% de plus ont été ajoutés pour cause de nouvelles idées. Je sais que vous êtes bons en maths ;-)).

 

Aujourd’hui, je vais adresser une question que vous vous posez sûrement.

Mais, « C’est quoi une vie sans lundi??? »

C’est vrai que j’ai lancé le terme en octobre 2013, sous le chapeautage de mon coach perso/boyfriend.

Du coup, plus d’un an après, il est temps de clarifier les choses:

 

1 – Une vie sans lundi n’est pas une vie qui ne comporte pas de lundi

 

Woa, je vous ai perdus, pas vrai?

Mais une vie sans lundi, n’est pas une vie sans le jour lundi, mais sans le « lundi » entre guillemets. Celui qu’on met dans la phrase ‘ça va comme un lundi’, ou bien ‘pff, déjà lundi’.

Dans une vie sans lundi, le lundi a le même attrait qu’un samedi, qu’un dimanche, ou qu’un vendredi. C’est un jour qu’on kiffe, peu importe son nom.

Ainsi une vie sans lundi, est une vie avec un lundi qui n’est pas différent des autres jours en termes de coolitude.

 

2 – Une vie sans lundi n’est pas une vie dans laquelle on ne travaille pas le lundi

 

Ne soyez pas déçus…

De nombreuses personnes pensent que le lundi est mon jour de repos. Je ne leur donne pas tort. Ce titre peut porter à confusion.

Mais au contraire, le lundi est le jour le plus chargé pour moi. J’écris cet article, j’envoie ma newsletter, j’ai envie de mettre en place toutes les idées que j’ai eues durant le week-end. Le lundi n’est pas un jour particulièrement relax, au fond.

Mais c’est un jour que j’apprécie beaucoup. Car c’est un jour que je consacre à la création et au partage. Je ne prends presque jamais de rendez-vous dans la journée du lundi. C’est devenu ma journée préférée.

 

3 – Une vie sans lundi c’est, au fond, une vie sans blues du dimanche soir

 

En suivant le point 1, vous l’avez compris. C’est la connotation négative du lundi que l’on veut enlever ici.

Je l’ai connu, moi, le blues du dimanche soir.

On compte les heures restantes avant d’aller se coucher.

On anticipe le réveil difficile, le trajet difficile vers le boulot, les conversations difficiles. Le stress ou l’ennui.

Notre dimanche soir est gâché parce qu’on appréhende ce qui va se passer.

On commence à faire le deuil de nos deux seuls jours de liberté de la semaine. Soupir.

Eh bien dans une vie sans lundi on n’a pas ça. On kiffe les lundi à mort! On n’a qu’une hâte, c’est d’y être pour recommencer à bosser (pour peu qu’on se soit arrêté durant le week-end, mais ce n’est pas obligé).

 

4 – Une vie sans lundi n’est pas forcément une vie d’entrepreneur-e

 

Ce point est super super important. Pas la peine d’entreprendre ou de créer un business pour avoir une vie sans lundi.

On peut être salarié, et avoir une vie sans lundi formidable! Avoir envie de sauter du lit le matin, parce que tout simplement, on donne au monde le meilleur de soi-même.

 

Je parle souvent d’entrepreunariat car c’est la façon la plus pratique que j’ai trouvé pour créer un métier qui nous ressemble. Mais qui sait, ce métier existe déjà dans un cadre salarié.

 

Ou même, rien n’interdit le fait de combiner.

Depuis que je me suis cassée, et jusqu’à novembre dernier environ, moment où j’ai décidé de me consacrer à JMC quelques mois, j’ai toujours un peu travaillé  à côté.

Ces derniers mois j’étais en mesure de ne pas travailler à côté parce que 1) les sous rentrent 2) je ne payais pas de loyer.

Les sous rentrent toujours, mais avec mon chéri, nous pensons à bouger (voir ici) ainsi je reprendrai probablement une activité (que je kiffe de préférence).

Travailler à côté, ou tout simplement garder votre boulot en créant votre activité est une manière plutôt maligne de se casser. Votre job vous permet d’investir dans votre business, et vous n’avez pas le stress lié aux finances. Cela permet de vous préparer aussi.

 

Dans tous les cas, que vous ayez un emploi salarié qui vous fait adorer les lundi, ou que vous ayez créé votre emploi, vous l’avez compris, vous faites partie du club!

 

5 – Une vie sans lundi c’est une vie où, au fond, seul le lundi compte

 

Faux! J’ai choisi le lundi parce que c’est un jour qu’on a tellement malmené, qu’il méritait un traitement de faveur.

Mais au fond, dans une vie sans lundi, les jours n’ont pas de hiérarchie. Les lundi, les mardi, les samedi et les dimanche, sont tous des jours où l’on se sent épanouis et heureux.

‘Une vie sans mardi’ ça ne sonnait pas super bien, voilà tout.

 

Ainsi se présente ma vision d’une vie sans lundi. Mais ce n’est pas parce que j’ai inventé le terme que cela veut dire que j’ai le monopole sur ce qu’il veut dire, n’est-ce pas?

 

Alors j’aimerais savoir:  qu’est-ce qu’une vie sans lundi pour vous??

 

 

 

F
[social_warfare]

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.