Un jeudi à la fois #5 – Comment dépasser les obstacles (qui semblent) insurmontables

Dépasser les obstacles | Je me casse

On les as tous eus – c’est moment où le monde s’acharne sur nous, sans répit. Pas de job, pas d’amis autour, rien dans le frigo. Internet qui marche pas, impossible d’aller dehors parce qu’il fait froid.

Dans ces moments-là, on ‘sait’ qu’il y a des choses qu’on pourrait faire pour aller mieux, mais on a juste pas envie. Tout paraît trop compliqué, difficile, insurmontable.

Parce que c’est bien mignon de se casser, créer un truc nouveau pour nous, mais entre le moment où on s’y met, et le moment où ça marche, comment on fait pour ‘tenir’ le coup.

J’ai eu une période de transition assez longue entre quand j’ai quitté mon boulot, et quand j’ai commencé à vivre de JMC (environ un an) et même si j’en parle peu aujourd’hui, les moments de galère étaient bel et bien présents.

Leçon numéro 6 : on s’y prend un jeudi à la fois 😉

Ce mardi, j’ai eu une journée de formation avec l’admirable Céline Boura. Céline a dit une phrase qui m’a marquée : l’univers nous propose toujours le chemin le plus court pour arriver à nos objectifs. Parfois, il y a des obstacles sur le chemin. Mais ça reste le chemin le plus court. On peut soit choisir de passer sous l’obstacle, soit décider que c’est trop compliqué et faire demi-tour.

(Et là, on ne sera plus sur le chemin le plus court !)

 

1 – Un jour à la fois

Vous savez l’erreur que l’on fait souvent quand on se lance ? C’est de croire que tout le monde, tous les autres, y sont arrivés comme il faut, dès le début. Et que personne d’autre n’a galéré, à part nous.

L’autre erreur, c’est d’envisager son projet dans son ensemble, et de se dire, par conséquent, qu’on ne va jamais y arriver car c’est simplement trop grand pour nous.

Deux choses à retenir :

1 – Chacun doit commencer quelque part, avec ce qu’il a. Personne n’y arrive du premier coup, et c’est normal d’avoir à apprendre et tâtonner et se perdre un peu quand on démarre. C’est normal. Tous les exemples que vous suivez sont forcément de personnes qui y sont arrivées, et qui ne parlent pas toujours des difficultés qu’elles ont connues, parce qu’elles sont loin. Mais rappelez vous qu’on a tous galéré à un moment.

2 – Plutôt que d’envisager votre projet comme un tout, une montagne impossible à conquérir, pensez au prochain pas que vous allez faire. C’est tout. Et seulement là, pensez au pas suivant, et ensuite, au pas suivant. Des réponses viendront d’elles-mêmes, et le chemin s’éclaircira. Pas la peine de vous angoisser sur tout le reste, faites simplement la prochaine action à votre portée.

Demain est un autre jour, avec son lot de surprise. Soyez curieux de le voir arriver.

 

2 – Se concentrer sur ce que l’on a, pas ce que l’on a pas

Les excuses, vous connaissez ? Ces paroles que l’on se dit pour justifier qu’on ne peut PAS faire quelque chose. « Aujourd’hui, je n’ai pas assez de temps, d’argent, de gens autour de moi. Je galère, tu ne comprends pas ! »

Évidemment, je comprends. Et te concentrer sur cela, alors que tu le sais déjà, ne va pas t’aider.

Quelles sont les ressources que vous avez aujourd’hui ? Je vous le rappelle, elles n’ont pas à être financières – même si avoir de l’argent fait toujours du bien . Elles peuvent être des ressources que vous avez à l’intérieur : force de caractère, créativité, curiosité, intuition marquée. Peu importe ce que c’est, utilisez-le !

De même cela peut venir de l’extérieur : vos amis et proches, votre environnement, les livres, toutes les choses que vous pouvez apprendre.

 

La liste de ce que je ne peux pas faire fait un kilomètre de long, mais la liste de ce que je peux faire est plus longue d’un kilomètre.

– Dr Beaumont Rosewood Junior, dans la série Rosewood (que je recommande pour vous rappeler que la vie est belle !)

 

3 – Bien s’entourer

Je le dis, et le redis. Les personnes qui sont dans votre vie comptent, à 200%. Soient elles vous stimulent et vous portent vers le haut, soit elles vous couvrent de leur propre mal-être, et vous tire vers le bas.

La vie est assez ch*ante comme ça, pour ne pas en plus se rajouter du poids !

Bien s’entourer, c’est choisir la qualité plutôt que la quantité. C’est choisir ses amis avec soin. Ceux que vous pourrez appeler à 2h du matin si vous en avez besoin.

Cela veut aussi dire choisir avec quels membres de sa famille on veut passer du temps. C’est pas si facile, mais on peut prendre de la distance.

Cela veut aussi dire décider de qui est dans notre cercle ‘virtuel’, sur les réseaux sociaux. Si vous êtes bombardés de messages malvaillants ou négatif, ce sera encore plus galère.

Alors faites de votre tâche numéro 1 de bien vous entourer. Comme ça au prochain coup de blues, vous saurez qui appeler.

 

A votre tour :

Quelles sont vos astuces / conseils / recommandations pour dépasser les obstacles et autres moments bien galère ?

 

Objectifs

Reprenons la tradition du jeudi. Quels étaient vos objectifs d’il y a deux semaines – les avez-vous tenus ? Quels sont les nouveaux ?

Pour ma part il s’agissait d’avancer sur l’écriture de mes deux livres. Ça a marché pour l’un des deux ! Pas mal, non ? Et vous ?

 

Je dédicace cet article à ma petite soeur, parce que je suis fière d’elle et qu’elle déchire, et que même si le chemin n’est pas facile, elle n’abandonne pas ! D’ailleurs elle a créé ce blog : Foodez-moi la paix ! J’aime le nom, et vous ?

 

F
[social_warfare]

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.