Un jeudi à la fois #7 – Changer de vie : mode d’emploi

changer de vie, mode d'emploi (1) | Je me casse

Hello hello ! Si tu lis ce site et que tu fais partie de la fière communauté ‘Je me casse’, c’est qu’il y a sûrement une ou deux choses que tu souhaiterais améliorer dans ta vie.

Peut-être que c’est ton boulot, peut-être que c’est ton environnement, peut-être est-ce ton bien-être, ou peut-être souhaites-tu tout simplement être un peu plus ‘toi’.

Honnêtement, j’ai mis le titre « changer de vie » parce que ça sonne bien, mais ce serait quand même mieux si on prenait la vie que tu as aujourd’hui, et qu’on en faisait quelque chose de super chouette qui te donne envie de te lever le matin en sautillant !

[Parenthèse : ce matin c’est la première fois que j’ai réussi à me réveiller avant 10 heures depuis la reprise. A 7h du matin, il fait sombre, mais que c’est doux d’avoir 3 heures devant soit pour lire, écrire, rêver, et démarrer la journée super énergique. Je ne suis pas du matin ‘normalement’ mais je me demande si je ne vais pas changer. Je ferme la parenthèse]

 

Je crois qu’on peut chacun avoir la vie dont on rêve, celle qu’on pense inaccessible, celle qu’on pense être pour les autres. Je crois que c’est possible. Mais je sais aussi que ce n’est pas facile !

Chacun, nous partons d’un point différent : enfants / pas d’enfants, économies / pas d’économies, travail / pas de travail. Mais nous avons aussi – comme je le répète souvent – des ressources bien propres à nous qui rendent tout cela possible.

Ainsi, aujourd’hui, en je l’espère pas trop de mots, je vais partager avec vous trois grandes étapes pour secouer un peu votre vie, et la rendre plus fun (genre petits oiseaux dans les bois) et un peu moins relou (genre métro gris à 7h30 du mat). C’est parti.

 

Étape 1 – No excuses !

(à prononcer no exkiouzis en anglais, c’est plus drôle)

Le premier réflèxe quand on veut créer une différence dans notre vie, c’est de trouver toutes les bonnes raisons de ne pas le faire : pas l’argent, pas le temps, pas l’énergie, pas les contacts.

Excuses, excuses, excuses. Chacun de ces points est une excuse qui peut cacher une peur (de ne pas y arriver, de se lancer, que ce ne soit pas accessible), ou tout simplement un manque d’envie (la flemme!…).

Si vous êtes vraiment, vraiment sérieux-se dans l’idée de créer quelque chose de différent pour votre vie, il est temps d’identifier les fois où vous inventez tout un tas d’excuses, et de les mettre à la poubelle.

Si vous voulez vraiment accomplir quelque chose, votre job est de trouver une solution.

« Je n’ai pas d’argent », est une excuse car il y a beaucoup qu’on puisse faire avec peu d’argent (on a d’autres ressources : le temps, notre énergie…)

« Je n’ai pas le temps », est une excuse (celle qu’on préfère !) parce que jusqu’à preuve du contraire, chacun a 24 heures dans la journée, et certains parviennent à accomplir ce qu’ils souhaitent dans ce laps de temps. On peut prendre le temps. On peut décider de réduire sur autre chose. Et le temps, on l’a, très clairement.

Je pourrais continuer comme ça et démonter une à une chacune de vos excuses, mais c’est beaucoup plus efficace si vous le faites vous-mêmes :

Admettre honnêtement : « c’est une excuse » fera une très grande différence dans votre vie, car cela ouvre la porte à l’action : « Maintenant que je sais que c’est une excuse : je fais quoi ? »

 

Action 1 – Listez toutes les raisons vous empêchant de faire quelque chose (accomplir votre projet, etc.). Trouver une AUTRE façon, avec une autre ressource de le faire quand même. Il n’y a pas d’excuse.

Étape 2 – Décider

Les étapes 1 et 2 sont interchangeables. On peut décider d’abord, trouver des excuses après. Trouver des excuses, puis décider.

Dans tous les cas, tant que vous n’aurez pas pris la décision ferme d’accomplir ce changement, excuses, peurs, angoisses, regards des autres, etc. trouveront très facilement un chemin pour détruire votre conviction. Aux personnes qui disent ‘j’aimerais me casser, mais je ne sais pas comment, ou vers quoi’ ma première question c’est toujours : « as-tu pris la décision de partir ».

La décision ne devrait jamais être conditionnelle. « Je le fais seulement si j’ai X argent, ou seulement si Y approve ».

D’abord on décide, ensuite on voit comment on s’y prend.

Vous pouvez décider de créer votre activité. Ça ne veut pas dire que vous allez quitter votre boulot demain. MAIS vous serez en mesure de mettre en place les actions vous permettant de le faire !

Action 2 – Avez-vous pris la décision ferme de faire ce changement dans votre vie ? Si non, qu’est-ce qui vous retient ? Je vous rassure : une fois la décision prise, les solutions viennent à nous plus naturellement. 

Étape 3 – Agir

Il  y a peu, j’ai raconté sur le blog comment j’ai failli péter un plomb parce que j’étais perdue dans le ‘comment’ – comment je m’y prends ? quelle est la première ‘bonne’ action ? Et la deuxième ?

Parfois comment est la pire question à se poser. Elle peut être très paralysante. Faites, seulement, et vous verrez bien ce que ça donne. Se remuer les méninges, tergiverser, peser le pour et le contre, ça peut aider deux minutes, mais ce qui débloquera vraiment les choses pour vous, c’est de passer à l’action.

Je vous le promet : à chaque fois que vous vous demandez quoi faire ensuite, plutôt que de trop y penser, suivez votre intuition et faites la première chose qui vienne à l’esprit. Il n’y a pas d’échec

Action 3 – Sur une page, déterminé LA prochaine action pour vous aujourd’hui. Une seule, et vous verrez ensuite.  

Par exemple, j’ai un mois de janvier plutôt chargé (voir plus bas : J’ai un webinaire qui arrive la semaine pro !), mais plutôt que visualiser tout ce que j’ai à faire, je me concentre sur la prochaine action. Et c’est facile. Finir cet article, le publier, le partager.

A vous : Dans les commentaires, je veux que vous me disiez : 1 – Quelle est l’excuse que vous utilisez le plus souvent 2 – Comment vous faites pour aller au delà. Hâte de vous lire !

F
0 Partages

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.