« c’est le BORDEL » – un peu de pratico-pratique, marketing et technique pour… Quitter les réseaux sociaux #5

Photo du Chat

Alerte : message hypra long… mais tellement intéressant ! Une photo de mon petit chat pour le plaisir 🙂

Tu peux écouter ce message en audio ici si tu le préfères.



Ceci sera mon dernier partage sur mon départ des réseaux sociaux avant de passer à autre chose dans ma vie (yeaaah !). 

Je pense que je reviendrai plus tard si j’ai des choses à partager sur ce processus et des mises à jour.

Mais pour l’instant, je mets TOUT ici, et je te souhaite bonne lecture 🙂

Dans cet email je t’en dis un peu plus comment je me suis sentie le jour de mon départ d’Instagram, comment je me suis pris la tête techniquement, des conseils pour ne pas faire les mêmes erreurs que moi et des réponses à vos questions sur : mais comment on fait du marketing sans les réseaux sociaux !

Je n’ai pas toutes les réponses, mais j’ai des intuitions. Alors let’s go.


1 – Départ d’Insta, première impression

Le jour où j’ai désactivé mon compte Instagram (le 8 avril à 22h), ça m’a fait très bizarre.

J’ai passé la journée à télécharger mon contenu Insta et Facebook, et j’ai désactivé le compte. 

Il n’est pas supprimé pour l’instant. Cela ne coûte rien (tu peux le faire immédiatement, tiens !) et on peut revenir à tout instant, comme si de rien n’était.

Ceci dit, le compte n’est plus visible pour personne. 

Alors quand j’ai cherché mon nom, je n’étais plus là. 

Comme une sensation de ne plus ‘exister’, pas dans cet espace-là en tout cas.
Pourtant, je suis bel et bien là. En chair et en os.

Il y a au moins 10 autres façons de se connecter à moi et à mon travail (voir la liste + bas). Mais sur Insta, je n’existe pas en ce moment. 

Et c’est trop drôle, car je me rappelle mes premiers posts en 2015. Je m’en fichais royalement d’exister sur Insta. 

A l’époque j’avais posté des photos d’un mur végétal à Amsterdam.

Et là, en 2021, je me dis : tous mes posts, tous mes lives… les gens qui vont sur Insta ne les verront plus. 

Il y a une grande différence entre ne plus y aller, et arrêter simplement d’exister dessus.

C’est intéressant de noter ces sensations, et encore une fois je suis très curieuse de savoir comment je me sentirai dans une semaine, un mois. 

Tout ceci est un test, je n’ai pas toutes les réponses. 

Aujourd’hui, exactement 5 jours plus tard, j’ai déjà traversé pas mal de moments.


Un moment de vide et de mélancolie intenses, que je partage ici et puis un moment d’acceptation, suivi par un début d’excitation, que je partage dans cet audio ici .

La bascule s’est faite rapidement, et à ce stade, ni Insta, ni Facebook (que je n’utilise plus mais qui me prend un peu + de temps à fermer), ne me manquent.

2 – Là où l’énergie commence à aller 

Voici où mon énergie a commencé à aller : 

  • J’ai fait des choses que je procrastine depuis des semaines, comme ranger mon bureau et le rendre vide et minimaliste comme j’aime.
  • J’ai commencé à magnétiser des clients pour des anciens programmes que je ne vends plus, et chose étrange, je pense à en remettre quelques uns sur mon site et faire le travail de fond de les rendre accessibles.
  • Mon énergie a légèrement bougé entre être pénétrante et aller ‘vers’ les gens, vers être magnétique, et laisser les gens me trouver et venir à moi. Ce qui est normal. En Human Design, je suis Manifestor, mon aura magnétise et repousse en fonction des personnes qui résonnent avec moi. Ce n’est pas mon rôle d’aller les ‘chercher’ voire même de discuter avec les gens sur ce que je crée, mon rôle est d’initier, de créer quelque chose dans le monde, d’informer, et de dire ‘si tu veux, c’est disponible pour toi’, sans tellement plus d’échanges que ça.
  • Je regarde de nombreux clips de musique ! Je t’avoue que quand j’ai commencé à mettre mon énergie dans Youtube, j’ai eu peur de retomber dans une autre ‘addiction’ car je n’utilisais jamais YouTube avant. Maintenant j’ai une appétence pour les clips bien produits, découvrir des nouveaux artistes et leur interview, et les vidéos longues et apaisantes qui me font voyager. Ça confirme mon attrait pour le contenu long.
  • J’ai envie de payer davantage pour du contenu de qualité. Par exemple, je consomme beaucoup + les programmes en ligne que j’ai achetés, et je trouve que la qualité est bien meilleure que tout ce que je pourrais consommer gratuitement en scrollant sur Instagram. C’est c’est organisé, trié, sélectionné.

Et cela ne fait que 5 jours. 
Comme tu l’as vu, ce n’étaient pas 5 jours uniquement agréables, je ne vais pas mentir, mais tout de même pour l’instant le changement est positif.

3 – Quelques conseils pour bien quitter Facebook et Instagram (attention plutôt techniques !)

Au moment de quitter Facebook ou Instagram, tu as la possibilité de télécharger tout ton contenu d’Instagram, et tout ton contenu de Facebook.
Je te laisse chercher sur Google le tuto qui t’explique comment faire car je suis incapable de m’en rappeler.

Ainsi c’est ce que j’ai fait, et je ne suis pas ravie du processus ! C’est le B-O-R-D-E-L ces téléchargements.

Les contenus Facebook ne sont ni classés, ni nommés. Tu vas te retrouver avec une quantité de fichiers notés avec des chiffres et des lettres quasiment inutilisables sauf si tu passes des heures à fouiller et à essayer de comprendre ce que c’est (gé-nial).

Les contenus d’Instagram sont classés par ordre chronologique (alleluia) mais ne sont pas non plus nommés (su-per).

Ainsi, voici mon conseil NUMBER 1.

Aie votre contenu bien organisé AILLEURS que sur les réseaux, et commence AUJOURD’HUI.

Télécharge ton contenu régulièrement et héberge-le ailleurs que sur les réseaux.

Tous mes articles sans exception sont sur mon site. Ainsi tout ce que tu as vu tourner sur Facebook et Insta en termes de posts se trouve ici.

Ça aurait été impossible de les récupérer, et j’ai toujours eu cette politique de ‘chez moi d’abord’ pour les articles.

J’ai longtemps voulu y stocker aussi tous mes lives, ainsi que retranscrire certaines de mes stories, sans jamais le faire. Je n’avais pas le même réflexe systématique. 

Les réseaux sociaux ne sont pas la ‘maison’ de ton contenu. Aie un site, un disque dur, une Dropbox, un livre papier (amzn.to/37yodqb) – ce que tu veux – qui contient tout ton contenu.

Que ce soit pour ton contenu gratuit et ton contenu payant (une grande partie de nos programmes sont sur une Dropbox en plus d’être sur la plateforme en ligne qu’utilise nos clients), range-les correctement, proprement, bien nommés et classés à un endroit qui t’appartient.

Car FB et IG ne vont pas faire le taf pour toi (Trust me).

Ce que j’ai bien fait : 

  • Tous mes articles sont sur mon site.
  • Quasiment tous mes lives IG sont sur une Dropbox et à défaut dans mon téléphone.
  • J’ai créé un livre papier qui contient tous mes articles sur les relations et la sexualité de 2017, et je compte en créer un pour chaque année suivante (Découvre ‘je vais te secouer jusqu’à ce que tu t’aimes ici amzn.to/37yodqb, qui est merveilleux, soit dit en passant). Ce ne sont pas TOUS mes articles de l’année, mais ce sont ceux auxquels je tiens le plus, et ils sont littéralement sur mon étagère, là. La seule manière à part ça que j’aurais de ne pas les perdre serait de les graver dans la pierre ou de les apprendre par coeur #winning.

Ce que j’aurais pu mieux faire :

  • Stocker tous mes lives Facebook de 2016 à 2020 au fur et à mesure. Argh.
  • Prendre plus consciencieusement note des stories que je voudrais réutiliser. Mais ça c’est ok. La plupart du temps quand ça comptait pour moi j’ai écrit un article.

L’une des raisons qui fait que mon compte FB est toujours activé même si je ne l’utilise plus est que je dois encore réfléchir à comment je vais récupérer ce p* de contenu dans l’ordre. Yikes. Et aussi fermer toutes mes pages, mes groupes, etc. C’est long, 14 ans de réseaux sociaux. 

4 – Comment faire du marketing sans réseaux sociaux, surtout quand on démarre ? 

J’ai rejoint la formation d’Alexandra Franzen : Marketing Without Social Media (https://www.youcangetitdone.com/marketing). Le cours est fermé pour l’instant, mais ça m’apporte une perspective hyper fraiche. Légère comme la brise. 

J’ai rencontré Alex à Hawaii, et j’ai beaucoup aimé son énergie. Elle est très paisible, et connectée à quelque chose de simple et sain. Elle a arrêté les réseaux sociaux il y a 6 ans maintenant.

J’ai beaucoup reçu cette question sur mon article sur la cage dorée (merci de vos commentaires ! J’ai très envie de répondre mais franchement… j’ai pas eu le temps. Mais je lis absolument tout ! Donc continuez. Je suis une grosse liseuse et j’aime vous lire :D). 

Ma réponse à la question : ‘comment faire du marketing sans réseaux sociaux ?’ est… ben je vais voir 😀

Je n’ai pas toutes les réponses.

Ceci dit, j’ai un TAS d’idées. 

Dans Marketing Without Social Media, il y a UN conseil qui m’a marquée.

Le meilleur outil marketing c’est de faire un EXCELLENT TRAVAIL.

Quand tu fais du bon boulot, c’est inévitable, les gens parlent de toi. Ils te recommandent à leurs amis. Quand on leur demande si on connait quelqu’un dans ton domaine, ils parlent de toi immédiatement car tu leur viens à l’esprit. Le bouche à oreille est vraiment l’outil marketing le plus puissant.

Et sincèrement, la plupart des personnes qui me découvrent le font souvent parce qu’on leur a parlé de moi. Pas par accident. 


Car la recommandation d’un-e ami-e aura toujours plus de poids que de voir un contenu passer sur les réseaux sociaux sans qu’on sache qui l’a posté.

Pour ce qui est de démarrer, c’est comme tout. On commence là où on est, avec les contacts qu’on a. Qu’on en ait des milliers (hello newsletter), ou qu’on en ait 5 ou 6.

Ma liste email n’a pas démarré grâce aux réseaux sociaux, mais grâce à des événements physiques que je faisais où les gens ramenaient leurs amis. Tout est possible.

Tout le temps passé hors des réseaux sociaux peut être passé à devenir vraiment bon-ne à ce qu’on fait, tellement qu’on finit par parler de nous. 

J’ai calculé qu’en passant en moyenne 4 heures par jours sur les réseaux, c’était 1460 heures par an pour moi. Si ma plus grosse journée de travail c’est 12h, ça fait 120 jours dans l’année rien qu’à faire ça. En gros, le tiers de mon année. 4 mois. C’est énorme. Et je ne peux pas dire que ces 4 mois par an passés sur les réseaux soient les plus productifs de ma Life.

Ainsi, l’idée d’utiliser ce temps hors des réseaux pour devenir meilleure à ce que je fais m’excite profondément.


Devenir une meilleure écrivaine, devenir une meilleure coach en sexualité, devenir un meilleur guide en spiritualité. 

Et toi, combien de temps par jour tu passes sur les réseaux ? Ça fait combien de semaines, de mois, dans ton année ?

Est-ce que tout ce temps est de qualité ? Que pourrais-tu faire avec ce temps? 


5 – Dernier conseil : multiplier les points de contact

En lien avec le point 3 et 4, une chose fondamentale est de diversifier ses points de contact.
Ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier, dit plus vulgairement. 

N’avoir *que* les réseaux sociaux n’est pas une bonne stratégie selon moi, car c’est simplement très dangereux.


En plus Facebook et Insta sont la même société. Il suffit qu’ils aient un bug comme c’est arrivé plusieurs fois déjà, et on est piqués !

Voici mes points de contact présents et futurs, et je suis sûre que si tu listes les tiens, tu verras qu’il y en a de nombreux possibles :

Présents :

  • Mon site, et donc le référencement Google (puissance +++)
  • Ma newsletter
  • Mon podcast, foi, force et courage (sur iTunes, Spotify, Soundcloud)
  • Le podcast Noires et Riches + la chaîne Youtube 
  • Mes 3 livres, 1 qu’on trouve en librairie, les autres sur Amazon (Amazon est un énorme moteur de recherche)
  • Les interviews que j’ai données
  • Mes interventions média (tv, radio)
  • Les conférences et ateliers auxquels j’ai participé 
  • Le bouche à oreille et toutes les personnes qui me connaissent et qui parlent de moi.

Futurs : 

  • Mon nouveau podcast sur la sexualité (les podcasts sont un gros moteur de recherche aussi)
  • Davantage de média 
  • La mise en place de mes livres dans des librairies locales 
  • Un panneau publicitaire avec ma tête en grand (why not?)
  • Mon film sur Netflix 😀
  • Des flyers
  • Encore plus de livres sur Amazon 
  • La participation à des conférences et ateliers 
  • Écrire des lettres à des anciens clients dont j’ai l’adresse postale.

Et si jamais internet meurt un jour, on ne sait jamais :

  • Développe un réseau local 
  • Prends l’adresse postale des gens !

Et si à tout moment tu te dis : « mais comment je ? »

Reprenez le tout premier conseil marketing :

  • Deviens de plus en plus fort-e à ce que tu fais 
  • Aide une, 5, 100 personnes
  • Invite ces personnes à parler de toi.

BOOM. Plan marketing réglé.

« Merci Lyvia d’avoir résolu toute ma vie !», t’entends-je crier.

Mais de rien, de rien, c’est un plaisir pour moi.

Les réseaux sociaux sont une option, mais c’est loin d’être la seule.
Tout ce que je te raconte ici ce sont mes partages, mes réflexions.
Ça ne veut pas dire que toi aussi tu dois te déconnecter.

Ceci dit, je t’invite à réaliser que 1/ tu n’es pas enchaîné-e 2/ tu peux choisir en conscience là où tu te sens vraiment bien.
Si tu fais du bon taf, on va te trouver.

Sache juste que tu n’es obligé-e DE RIEN.

Aucun réseau social n’est obligatoire.

Voilààà ! Cet email fait 10 000 kilomètres. J’ai tout mis dedans et j’ai trop hâte d’écrire sur autre chose 😀

Merci de l’avoir lu, des bisous !!!

Lyvia

Psst : le Pack Sex Magic est ici si tu veux l’acheter. C’est une bonne introduction au lien entre la spiritualité et la sexualité.

Pour lire mes articles précédents sur quitter les réseaux sociaux, plus ou moins spirituels, c’est par ici :

Avril

F

941 909 commentaires

  1. Karine sur 16 avril 2021 à 2:25

    Salut Lyvia,
    Merci pour ces partages inspirants sur ton départ des réseaux sociaux. Je les ai quitté une première fois il y a quasiment 1 an pour environ 6 mois et là je suis retombée dedans. L’image de la cage dorée me parle énormément car je suis en lancement de mon activité et j’ai la crainte de me couper de cette possibilité de communiquer qui , au final, ne me correspond pas : trop chronophage et addictif (je suis Projector)… Et pourtant, je suis convaincue qu’il y a moyen de faire autrement, notamment pour le développement en local. D’ailleurs certains de mes clients m’ont trouvé par recommandation et via ma page Google my business) J’ai découvert le travail d’Alexandra Franzen grâce à toi (ça fait quelques temps que tu en parles ) et je pense que dès que ce sera possible financièrement, je me formerai dans ce sens.
    Petite question : As-tu quitté tous les réseaux (il me semble que tu as une page Linked in) ou seulement Facebook et Instagram?

  2. Cissou sur 15 avril 2021 à 7:15

    Salut Lyvia

    Je te trouve puissante et inspirante pour guide vers la foi de ce que l’on veut.
    Depuis ton départ quand je parle de ce courage que tu as eu on me répond toujours…. »oui mais avec toute la communauté qu’elle avait elle peut se le permettre on l’a retrouvera facilement ! »
    C’est vrai certainement, mais moi ce que je retiens dans ta démarche c’est cette volonté de ne te laisser diriger par rien, tu es ton propre maître.
    Je n’ai même pas envie de me demander si tu aurais fait ce choix à tes débuts, je me laisse inspirer par ce que tu dégages en tant que manifestor.
    Fos

  3. Anouk sur 15 avril 2021 à 5:06

    Je suis trop contente de t’entendre, bravo pour ta décision ma Lyv. You are the best !

  4. Marlène sur 14 avril 2021 à 4:37

    Salut Lyvia
    Ouf j’avais cette crainte de ne pas pouvoir interagir avec toi depuis ton départ d’insta et je suis rassurée d’avoir plusieurs supports pour te lire et t’entendre !
    Merci

  5. Lov'ly MALEZIEU sur 14 avril 2021 à 3:26

    Hello,

    Trop kiffant et pratique l’audio.
    Bon, comme toujours j’attends la suite de Noires et Riches

    Merci à toi Lyvia et bonne journée

  6. Johana sur 14 avril 2021 à 1:38

    Bonjour Lyvia,

    Depuis que tu as quitté insta (d’ailleurs après moult fois à désinstaller puis réinstaller insta, j’ai surfé sur ton énergie et ai supprimé mon compte , puis désintallé définitivement insta… et depuis, quelle magie, ma créativité c’est démultipliée, c’est fabuleux), je rejoins les commentaires précédents, ton blog est le véritable lieu ressource d’accès à toi et c’est top. J’adore le format audio tu as en effet une voix douce et puissante, une voix comme un câlin réconfortant.

    Merci Lyvia

    PS: super le podcast avec Elodie et Mavic

  7. Elaine sur 14 avril 2021 à 1:13

    J’adore te lire et cela m’apaise de t’entendre en audio. J’ai curieusement bien + de plaisir à te suivre ici que sur Insta ! ✨

  8. Sandy sur 14 avril 2021 à 11:31

    Je ne saurais pas l’expliquer mais j’aime vraiment te lire de nouveau depuis ton blog. Ça me rappelle le bon vieux temps où je lisais avec délice Je me casse
    Et merci pour cet article !!

Laissez un commentaire





Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.