Une vie sans lundi #14 – 2013, l’année où je me suis redécouverte

2013, l'année ou je me suis redécouverte | Je me casse

Quand je pense à où j’étais il y a un an, je me dis que les choses ont bien changé.

Il y a un an environ, j’étais perdue. Je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire, ou de ce que je pouvais faire. La première partie de 2013 était comme vivre au cœur d’une tempête. Je changeais de cap toutes les deux semaines.

Maintenant je me dis que cette phase un peu instable était nécessaire, et a construit les bases de ce qui allait venir ensuite.

Le jour où j’ai accepté le fait que je voulais me casser, où je l’ai dit au monde, est le jour qui a fait toute la différence. J’ai trouvé le moyen de le faire, et avec un peu de recul, je me dis que même si mon départ n’était pas le mieux préparé qui soit, c’était une nécessité.

J’ai pénétré dans un nouveau monde, celui où les choses sont possibles. Celui où les gens n’ont pas peur de prendre des petits boulots à coté pour monter leur business, ou bosser sur leur passion. Un nouveau monde où les gens prennent des risques, échangent, partagent. Et surtout un monde où personne ne se voit imposé un certain mode de vie.

 

En écrivant cet article, je pense à mon petit frère et à ma petite sœur. Mon frère passe le bac cette année. Au début de l’année scolaire, il a décidé qu’il voulait poursuivre une carrière créative. Eh bien, même s’il ne s’était pas lancé dans cette voie initialement, il a commencé à prendre des cours de dessin, et à préparer son dossier pour les écoles d’art.

Ma petite sœur a bientôt 20 ans. Elle n’a pas eu le bac, mais plutôt que s’acharner dans une voie qui ne lui convenait pas, elle a décidé de voyager. Elle a passé un an à Londres, où elle a fait une école de cuisine, puis quelques mois à Berlin, pour ensuite revenir à Paris où elle commence à bosser dans un resto aujourd’hui!

Les deux sont tellement plus que ce que les gens voient à la surface. Mon frère, bon élève de ES, rêve de dessiner des immeubles. Ma sœur, qui a plus de piercings que je ne peux compter (au grand dam de ma mère!), est un cordon bleu, photographe, et plus récemment, a commencé à composer de la musique.

Je suis heureuse qu’ils n’aient pas compromis la personne qu’ils sont vraiment.

 

Je parle d’eux parce que je me rends compte qu’avec 2013, j’ai réappris qui j’étais vraiment. C’est ce que 2013 m’a offert, en fin de compte, un peu plus de clarté sur la personne que je suis, celle que l’on voit quand on gratte la couche créée par des années à se conformer.

Ce que je veux pour 2014, c’est vivre pleinement dans la peau de cette personne que j’ai retrouvée, et apprendre à mieux la connaitre. Celle qui veut créer, rencontrer des gens, et avoir un impact positif autour d’elle. Aujourd’hui, j’ai foi en toutes les possibilités.

En quelques mois, tout n’a pas été facile, et j’ai eu des moments de panique. Mais au fond, je sais que ça vaut le coup, qu’être soi-même, et vivre en phase avec cette personne, est la chose la plus importante.

 

Marie Forleo, une coach que je suis depuis quelques mois dit souvent:

‘Clarity comes through engagement, not through thought’

La clarté vient de l’action, pas de la réflexion.

Cette année m’a vraiment montré cela.

 

Je suis reconnaissante pour l’année que j’ai eu, aussi agitée qu’elle ait été, et je suis excitée à l’idée de plonger tête baissée dans 2014, avec mon moi retrouvé, en ayant pleinement confiance en ce que le monde va m’apporter!

 

Et vous, pour quoi êtes vous reconnaissant? Qu’est-ce que l’année passée vous a apporté?

PS: Je vous vois le 23?

 

Credit Photo: Verano y mil tormentas. via photopin cc
F
0 Partages

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.