Une vie sans lundi #40 – J’ai deux rêves

La semaine dernière, je faisais le bilan de l’année écoulée. 

Aujourd’hui, il est temps pour moi de me projeter vers l’avenir. J’ai beaucoup appris durant cette année.

J’ai compris ce qui était important pour moi, ce que j’étais prête à laisser de côté, ce dont j’avais particulièrement envie. J’ai réalisé les barrières que je m’étais mises, et que je continue à me mettre par moments.

 

Aujourd’hui je vais partager avec vous deux rêves, que je n’ai pas vraiment formulé auparavant. Ils ont mis du temps à mûrir, mais aujourd’hui je suis prête à les matérialiser en les écrivant ici.

 

Rêve numéro 1: pouvoir travailler de n’importe oú

Si vous m’avez suivi depuis le début, vous savez que j’ai quitté Londres pour Paris, en partie parce que je vivais une relation à distance à l’époque. C’est très frustrant d’être loin de celui qu’on aime, surtout quand la seule raison, c’est le boulot!

C’est une situation que je n’ai pas envie de revivre. Si mon compagnon décide qu’il veut bouger pour X raison (et je sais qu’il a la bougeotte…), je n’ai pas envie de me sentir coincée pour une raison… géographique.

Il y a quelques mois, j’avais identifié chez moi un besoin de liberté. Liberté d’activité, de faire ce dont j’ai envie, mais également une liberté de mouvement. Pouvoir travailler de mon canapé, comme de celui de mes potes à Barcelone ou à Miami.

Et puis, j’ai envie de voir le monde. J’en ai vu quelques bouts, et il m’en reste encore tellement à découvrir.

Le nomadisme digital est en vogue (vive le web). C’est possible, d’autres le font, j’en veux aussi! –  (voir Travel Plugin et Free Range Humans).

 

A ce sujet, vous pouvez lire mes critiques des deux livres: « Be a Free Range Human » et « La semaine de quatre heures« .

 

 

Rêve numéro 2: l’indépendance financière

Je vous le disais la semaine dernière, mon rapport avec l’argent a changé. Je dépense avec beaucoup plus de conscience. J’apprécie ce que j’achète, parce que j’en perçois davantage la valeur.

Je pense que ces leçons vont justement me permettre de mieux gérer le fait d’avoir plus d’argent.

Je ne suis pas du genre à penser qu’ « être fauché, c’est cool ». Je n’y vois pas de côté glamour, (au contraire, c’est parfois bien galère) même si avoir moins m’a finalement réconciliée avec l’argent.

L’argent est un moyen, et non une fin. Il permet de vivre certaines expériences, de bénéficier d’une certaine tranquillité d’esprit, et d’être en mesure de donner en retour.

L’argent pour l’argent n’a aucun intérêt. C’est ce qu’on fait avec qui compte. Partager sur Twitter

 

Qu’est-ce que l’indépendance financière? Il s’agit d’un stade auquel la quantité d’argent qu’on reçoit chaque mois n’est pas en lien direct avec la quantité de travail que l’on fournit.

Ainsi, on pourrait arrêter de travailler, et par le biais d’investissements, de création de produits, et de systèmes financiers, percevoir tout de même un revenu.

Pour moi cela rejoint mon envie de liberté: quoi de mieux pour se casser que de ne pas être obligée de bosser pour gagner sa vie?

De même, d’autres l’ont fait – sans être nés rentiers! J’en veux aussi.

 

Une question pour vous?

Quel est le problème avec ce que je viens d’écrire? Rien ne vous choque dans ce que vous venez de lire?

Eh bien vous devriez être choqués!

Comment ca des rêves? Sur ‘je me casse’, on n’a pas de rêves, on fait les choses!

Les rêves, c’est inaccessible, c’est dans la tête. Quand on rêve, on n’agit pas. Vous vous rappelez la différence entre attendre et planifier?

La clé de la réussite, c’est de remplacer ses rêves par des objectifs. Partager sur Twitter

Voilà.

On la refait:

J’ai deux objectifs: pouvoir travailler de n’importe où, et atteindre l’indépendance financière

Whoosh, vous avez vu le changement?

 

Maintenant c’est du concret. Je l’ai annoncé au monde, je ne peux pas revenir en arrière.

Quand on a un objectif, il ne s’agit plus de réfléchir à si c’est possible ou pas, mais à commentPartager sur Twitter

 

Mon job maintenant est de mettre les choses en place pour atteindre ces deux objectifs – et surtout y ajouter une contrainte de temps. Si je dois attendre mes 70 ans, ce n’est plus pareil.

 

Et vous, quels sont les rêves que vous aller transformer en objectifs aujourd’hui?

 

F
[social_warfare]

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.